La vice-présidente du parti Britain First jugée pour incitation à la haine

La vice-présidente de Britain First, devenue célèbre après que Donald Trump a retweeté les vidéos anti-musulmans qu'elle avait postées, a comparu aujourd'hui à Belfast pour incitation à la haine. Jayda Fransen était jugée pour avoir violemment critiqué l'islam lors d'un rassemblement du parti à Belfast, l'été dernier.Après avoir plaidé non coupable des faits qui lui sont reprochés, Jayda Fransen, actuellement en liberté conditionnelle, s'est vue interdire d'approcher tout rassemblement public ou manifestation en Irlande du Nord à moins de 500 mètres. La veille, Jayda Fransen avait publié sur son compte Twitter une vidéo d'elle devant le mur de la paix, s'en prenant de nouveau à l'islam.Le leader du parti d'extrême-droite, Paul Golding, qui était venu la soutenir à l'audience, a lui aussi été interpellé pour être entendu sur l'affaire pour laquelle Jayda Fransen comparaissait. Après son audition, la dirigeante politique a immédiatement enregistré de nouvelles images, qu'elle a postées sur Twitter, pour dénoncer l'arrestation du chef de Britain First et qualifier d'"absurdes" les accusations contre elle. "Je critique l'islam et on veut m'envoyer deux ans en prison", clame-t-elle en réclamant le droit à la parole avant d'affirmer que sa vidéo est "sans doute la dernière avant un moment", la police ayant demandé qu'elle ne puisse être autorisée à utiliser les réseaux sociaux.

Source:Le Figaro

December 14, 2017 17:51 UTC


Loading...